Qui suis-je ?

sonia valente

Je m’appelle Sonia et je suis coach entrepreneure. J’accompagne deux types de clients  :

  • Les salariés débutants qui veulent prendre leur vie en mains et trouver leur voie. Je les aide à rêver, construire et mettre en place leur projet de reconversion professionnelle pour enfin trouver le job qui leur donnera envie de se lever le matin pour aller bosser.
  • Les personnes introverties qui souhaitent découvrir les différentes facettes et les pépites de leur personnalité introvertie. Je les aide à comprendre ce que veut dire être introverti et leurs modes de fonctionnement pour accéder à une vie plus épanouie et en accord avec ce qu’ils sont.

À côté du coaching, j’écris et je partage du contenu gratuit sur mon blog. J’aime écrire, partager et inspirer les lecteurs à travers mes articles. L’idée de semer des petites graines utiles qui poussent et grandissent dans l’esprit des lecteurs me satisfait. Je me sens utile. L’écriture ne s’arrête pas là. En effet, j’adore raconter des histoires et j’en ai fait un de mes passe-temps.

Mon parcours

De juriste à chômeuse

Avant d’être coach, j’étais à votre place. Comme beaucoup de jeunes de mon âge, j’ai eu un parcours scolaire classique. Après mon bac ES, je suis allée en fac de droit, sans vraiment savoir pourquoi. Une fois diplômée d’un Master 2 spécialisé en droit du travail, j’ai exercé en tant que salariée sur un poste de juriste au sein d’un département RH d’une entreprise de ma région pendant trois années.

Quasiment immédiatement, j’ai su que cette voie-là n’était pas celle qui me convenait. Je n’étais pas malheureuse dans ce job, mais pas non plus épanouie. Je ne trouvais pas de sens dans ce que je faisais. Après plus d’un an de réflexion, j’ai pris la décision de sauter le pas et de quitter mon job.

La remise en question et la remontée

Au chômage, je n’avais aucune idée de ce que j’allais faire et de ce que j’allais devenir. J’ai passé un bilan de compétences qui a failli me conduire à une reconversion professionnelle qui ne me correspondait pas. Heureusement, à la dernière minute, j’ai pris conscience que j’allais me planter et j’ai changé ma trajectoire.

Par la suite, je me suis intéressée au développement personnel, à la psychologie de la personnalité et à l’introversion. Au départ, c’était pour mieux me connaitre. Ce travail d’introspection a été un véritable voyage à travers moi parsemé de hauts et de bas. Il a duré 6 mois. J’ai découvert qui j’étais, mon tempérament introverti, mes ressources, mes talents, mon potentiel, mes limites.

Ce voyage n’est évidemment pas terminé et je pense qu’il continue tout au long de notre vie. Mais après plus d’un an, je suis aujourd’hui plus épanouie dans ma vie et j’ai réussi à définir un projet professionnel qui me correspond et qui me plaît vraiment.

En voyant les effets puissants et bénéfiques sur moi, j’ai développé mes connaissances sur le développement personnel, la reconversion professionnelle et sur la personnalité introvertie.

 

L’accompagnement et l’entrepreneuriat

Au bout de 6 mois de réflexion, j’ai compris ce que je voulais faire. Je veux accompagner les jeunes qui comme moi, veulent faire un job qui leur donnera envie de se lever le matin et les introvertis à aimer leur personnalité et à mener la vie qui leur convient. Le point commun entre les deux : se connaitre et accéder à une vie personnelle et professionnelle épanouissante.

C’est pourquoi j’ai décidé de me former pour devenir coach certifié en développement personnel et professionnel. Cette formation m’a appris à avoir la bonne posture pour accompagner un client à atteindre ses objectifs personnels et/ou professionnels.

La question de revenir au salariat ou non s’est rapidement posée. J’ai pris conscience que les risques pris en tant qu’entrepreneur pesaient moins lourds sur ma balance par rapport à ma soif de liberté et de créativité. La petite fille que j’étais il n’y a pas si longtemps me l’a d’ailleurs rappelée. Je me souviens que je disais à mes parents « quand je serai grande, je serai mon propre patron ! ». Je renoue donc avec mon désir en tentant l’aventure entrepreneuriale.

Pourquoi me spécialiser en reconversion professionnelle des actifs débutants ?

Nous, les jeunes issus de la génération Y, sommes les « précurseurs » du nouveau modèle de travail. Cette transition n’est toutefois pas si facile. En effet, nous avons grandi avec un schéma de réussite personnelle et professionnelle qui est : les études, le CDI, la promotion, l’accès à la propriété, le mariage, le plan d’épargne et les enfants !

Sauf que ce schéma que nous ont inculqué nos parents et la société est aujourd’hui obsolète. Le monde du travail et l’économie ont évolué et nous aussi.

Le travail rime maintenant avec bien-être et plaisir. Nous voulons kiffer notre job. Trouver un sens. Nous ne voulons pas vivre pour travailler. Nous voulons que notre vie professionnelle s’adapte à notre projet de vie et non l’inverse. Inutile d’être patient et d’attendre la retraite pour mériter de prendre du plaisir en bossant !

De nombreux jeunes se reconvertissent. Reset. On réinitialise tout et on décide par nous-mêmes de la vie professionnelle que l’on veut avoir. Nous misons sur nous-mêmes et nos ressources.

Si les autres ont les ressources, sachez que vous aussi vous les avez. Notre cerveau possède les mêmes capacités, il faut juste enclencher les bons mécanismes.

Je suis convaincue qu’avec de la volonté, de la persévérance et de la patience, chacun peut trouver sa voie et construire un projet professionnel qui lui correspond.

Pourquoi me spécialiser en profils introvertis ?

J’ai vécu avec le sentiment que quelque chose clochait chez moi, que je n’étais pas normale jusqu’à ce que je comprenne que j’étais introvertie.

Les introvertis ont des forces trop souvent insoupçonnées que notre société extravertie rend difficiles à voir et à valoriser. Malheureusement, elle considère à tort qu’être intelligent, intéressant et une recrue fiable veut dire être à l’aise à l’oral, être convaincant, audacieux, avoir un réseau social développé et une posture affirmée.

L’introverti éprouve alors un sentiment d’inconfort permanent. Il est en perpétuelle lutte entre sa vraie personnalité, ses besoins et ses envies (qu’il ne connait généralement pas bien) et les exigences de la société. Cela aussi bien dans le monde du travail que dans sa vie personnelle et sociale.

Etre introverti et heureux dans un monde d’extravertis, c’est possible. La clé ? C’est précisément de savoir que l’on est introverti et d’en être fier. Pour en savoir un peu plus sur ce que j’entends par introverti, c’est par ici.

 

Si vous vous reconnaissez dans mon parcours ou à travers ce que j’ai écrit, alors vous êtes au bon endroit !