Temps de lecture : 10 minutes
Facebook
Google+
https://www.soniavalente.com/mon-enfant-est-il-introverti">
Twitter
LinkedIn

Je ne suis pas maman. Mais je n’ai pas besoin de l’être pour savoir qu’à partir du jour où l’on devient parent, l’un des principaux désirs à côté de la bonne santé de son enfant est de le voir grandir, s’accomplir et devenir un adulte réalisé et épanoui. L’inquiétude est donc un passage obligé. On s’inquiète du moral de son enfant, de son parcours scolaire, de son caractère, de ses fréquentations, de ses expériences.

Beaucoup de parents s’inquiètent de l’introversion de leur enfant. À tort ou à raison ? La réponse n’est pas si simple. Leur inquiétude est bienveillante. Malheureusement, encore trop peu de parents savent ce qu’est vraiment l’introversion. Ils assimilent cela à de la timidité, de l’hypersensibilité, de la fragilité et voient la dépression pointer le bout de son nez.

Cette interprétation erronée s’explique par le fait que notre société occidentale prône l’idéal extraverti. Pour être une personne bien dans ses baskets et être perçu comme quelqu’un ayant réussi, il faut être très sociable, prendre des risques, être dans l’action, être à l’aise, parler beaucoup et avoir des tas d’activités.

Voilà pourquoi, un bon nombre de parents se soucient du tempérament introverti de leur enfant. À cela s’ajoutent les enseignants qui alertent les parents sur le comportement de leur enfant, ce qui accentue l’inquiétude de ces derniers. Pensant bien faire, ils essaient de corriger l’introversion de leur enfant. Or, cette réaction peut être dangereuse.

Alors comment faire pour éviter d’en arriver là et adopter la bonne attitude ? Pour y répondre, commençons par nous intéresser sur les signes qui montrent que son enfant est introverti.

1/ Les signes qui montrent qu’un enfant est introverti

 

Ce n’est pas facile de déceler les signaux qui montrent que son enfant est introverti. La personnalité est très complexe et se compose d’une multitude d’éléments qui font de chacun de nous, une personne singulière, à part entière. Cependant, il existe un « socle commun » de comportements que l’on retrouve chez une grande majorité d’introvertis.

 

La solitude, la curiosité et le sens de l’observation

Votre enfant passe beaucoup de temps enfermé dans sa chambre seul à rêvasser ? Il préfère lire un bouquin, dessiner, jouer à la console ou au lego plutôt que de jouer dehors avec les autres enfants ? S’il a toujours été comme ça, pas besoin de s’inquiéter en vous disant qu’il montre les signes d’une dépression ou d’une phobie sociale. Pour en être sûr, questionnez-le de manière à vous assurer que ce n’est pas pour une toute autre raison.

Autre signe, votre enfant pose beaucoup de questions, il est très curieux. Les questions qu’il pose sont en général très pertinentes pour son âge.

Un enfant introverti est très observateur. Il préfère par exemple observer des personnes qu’il ne connait pas pour se faire une idée de qui ils sont avant de décider de leur parler.

 

Être peu bavard ne veut pas forcément dire être introverti

Un enfant introverti est peu bavard. Cela ne veut pas dire qu’il est timide. Être timide signifie craindre de prendre la parole par peur de se tromper ou par peur du jugement et des moqueries des autres. Un introverti lui, parle peu parce que les stimulations extérieures (bruit, interactions, lumière, etc) plombent son énergie. Pour caricaturer, il se met en mode économiseur d’énergie. Un enfant extraverti peut être timide. Et bien souvent, on le défini à tort comme introverti.

 

Attentif aux détails, sensible et réfléchi

Un enfant introverti perçoit des petits détails que les autres enfants ne voient pas. Par exemple, une petite tâche sur son doudou que vous avez essayé de masquer ou un nouveau vêtement que vous portez.

C’est un enfant très réceptif et sensible. Si un camarade de classe pique le jouet d’un autre enfant, il va percevoir et ressentir la tristesse de ce dernier. Il peut revenir à la maison en ressassant dans sa tête ce passage. Il va essayer de comprendre pourquoi son camarade a piqué le jouet et va tenter de comprendre ses émotions. Un enfant introverti est donc aussi très réfléchi et passe du temps à décortiquer ses émotions et les informations qu’il a emmagasinées au fil de la journée.

 

La fatigue et le calme

La fatigue l’envahit plus rapidement qu’un enfant au tempérament extraverti. Ainsi, si vous remarquez que votre enfant exprime être fatigué après l’école ou après une après-midi sportive et qu’il réclame vouloir être au calme et se retrouver seul, il n’y pas besoin de s’alarmer. Il a simplement besoin de recharger ses batteries.

Egalement, il est calme. Il ne court pas partout et préfère des activités qui sont plus cérébrales et créatives.

 

La concentration et la tendance à ne pas trouver ses mots

À l’école, un enfant introverti est fort pour des activités/exercices à faire seul et qui demandent une grande capacité de concentration. La concentration est un vrai point fort. Il n’a pas de difficultés à se concentrer et s’il met en application un talent, il peut véritablement exceller (instrument de musique, écriture). Il préfère d’ailleurs les activités de solitude comme le dessin, l’écriture, plutôt qu’un sport collectif.

Enfin, si l’instituteur de votre enfant vous fait remarquer qu’il a du mal à répondre aux questions et qu’il est un peu lent, sachez que c’est normal et qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter si ses résultats sont bons à l’écrit. Quand un professeur interroge un enfant introverti devant toute la classe, il va avoir tendance à perdre ses moyens. Comme si son cerveau s’était tout à coup mis en mode pause et que plus rien ne sortait de sa bouche. Cette réaction a une explication que nous allons voir dans les origines de l’introversion.

 

2/ Pourquoi mon enfant est introverti ?

 

Il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer pourquoi l’on est introverti ou extraverti. Avant de s’intéresser aux causes, voyons la différence entre tempérament et personnalité.

 

La différence entre la personnalité et le tempérament

Je parle souvent de personnalité et de tempérament introverti dans mes articles. Bien souvent, je les utilise comme synonymes, mais certains psychologues différencient la personnalité et le tempérament et je pense qu’ils ont raison.

La personnalité est le résultat de l’expression et de la singularité d’une personne. La personnalité se forge et évolue en fonction de l’influence culturelle et des expériences personnelles.

Le tempérament fait référence aux schémas émotionnels et comportementaux innés et induits par la biologie de l’individu dans les premières années de sa vie.

 

L’hérédité

Selon Susan Cain, auteur du livre La force des discret,  40 à 50 % du tempérament introverti provient de la génétique. Cela veut donc dire que si l’un des parents est introverti, il y a une probabilité pour que l’enfant le soit aussi.

 

La biologie

Également, les recherches et expériences prouvent que le tempérament introverti a une origine biologique. Il y aurait alors une part de notre introversion « innée ». Pour faire simple, le système nerveux central contrôlé par l’amygdale qui est situé dans le système limbique, appelé « le cerveau des émotions », fonctionnerait différemment selon que l’on est introverti ou extraverti.

  • La sensibilité à l’inconnu

L’auteur du livre cité ci-dessus l’explique très bien. L’une des fonctions de l’amygdale est de détecter instantanément les éléments nouveaux. Pour un enfant introverti, le système nerveux est sensible à l’inconnu. C’est ce qui explique qu’il sera observateur et vigilant quand il se trouve au contact de nouvelles personnes. Il est sensible à son environnement et porte une attention particulière aux personnes et aux choses. Par conséquent, le système nerveux explique qu’un enfant introverti voit et ressent davantage les choses.

Autre raison qui expliquerait l’introversion est la sensibilité à la dopamine, la fameuse hormone du plaisir qui s’active dans l’action. Selon les études, les introvertis seraient moins sensibles à la dopamine contrairement aux extravertis.

  • Dans le monde intérieur des pensées

Dans son bouquin, Introverti et heureux, Marti Olsen Laney explique également que pour les introvertis, la voie cérébrale est plus longue et dominée par l’acétylcholine. À l’inverse, la voie cérébrale des extravertis est plus courte et dominée par la dopamine (qui s’active dans l’action). Sans entrer dans les détails, c’est ce qui explique qu’un introverti soit tourné vers le monde intérieur, ses pensées, ses émotions.

L’auteur explique également que le système nerveux d’une personne introvertie l’amène à réagir avec plus de prudence. Il réfléchit avant d’agir.

 

L’environnement familial et culturel

L’environnement familial et culturel joue également un rôle. Dans son ouvrage cité plus haut, Susan Cain explique d’ailleurs qu’un enfant introverti est davantage affecté par une expérience positive ou négative. Egalement, il est plus vulnérable aux difficultés de la vie (divorce par exemple). Il aura tendance à répondre par l’anxiété, la dépression ou la timidité (exemple : s’il est montré du doigt par l’un de ses parents à chaque fois qu’il prend la parole et qu’il se trompe).

En revanche, elle explique qu’un enfant introverti aura moins de problèmes émotionnels, qu’il sera compréhensif, coopératif et consciencieux s’il grandit dans un foyer stable.

 

Le libre arbitre

Enfin, il ne faut pas oublier qu’il y a une part de libre arbitre en chacun de nous. C’est bien normal. Autrement nos comportements et nos réactions seraient prévisibles. Nous nous ressemblerions tous. Chacun d’entre nous, que nous soyons introvertis ou extravertis, avons une capacité d’adaptation plus ou moins grande. Me concernant par exemple, je peux dire que je suis à l’aise avec des inconnus et que je n’ai pas de difficultés à parler et à engager une conversation.

Maintenant que nous avons vu les signes et les causes de l’introversion, comment faire pour bien accompagner un enfant introverti à grandir et à s’épanouir ?

3/ Comment aider son enfant introverti à évoluer et s’épanouir ?

 

Pour faire au mieux, il faut éviter à tout prix certaines erreurs et adopter de bonnes habitudes.

 

Les erreurs à éviter

Voici une liste d’exemples d’erreurs à éviter maintenant que vous en savez plus sur le tempérament introverti de votre enfant :

  • Ne surtout pas accourir chez un psychologue pour « guérir » votre enfant et traiter son introversion. Ça ne ferait qu’accroitre le sentiment – déjà apporté par la société – que quelque chose cloche chez lui alors qu’en réalité il est tout à fait normal. ;

 

  • Éviter les remarques exprimées sur un ton négatif comme :  » Parle un peu plus fort, on n’entend rien à ce que tu dis  »  ,  » Ça y’est t’as décidé de sortir de ta coquille ?  » ;

 

  • Ne pas comparer son enfant à son frère ou son cousin extraverti ;

 

  • Ne pas bousculer son enfant. Que vous vouliez qu’il soit moins craintif et plus ouvert à la nouveauté, c’est tout à fait normal. Mais il faut y aller à son rythme ;

 

  • Eviter de le gronder si vous le trouvez lent ou trop sensible ;

 

Les bonnes habitudes à adopter

Des habitudes efficaces

  • Faire preuve de patience. Votre enfant a besoin de temps pour réfléchir aux informations que son cerveau vient de recevoir et de penser à ce qu’il ressent. Il réfléchit et après il agit. Alors ne le pressez pas à prendre une décision. Par exemple, si vous prévoyez une sortie samedi et que vous le sollicitez sur le choix de l’activité, prévenez-le en avance et non pas dix minutes avant de partir car il y a fort à parier qu’il ne sache pas trop quoi vous répondre. Il n’a pas le temps de réfléchir ;

 

  • L’accompagner à son rythme dans la nouveauté. Faites-le découvrir de nouveaux lieux, de nouvelles personnes et/ou activités pour qu’il s’y habitue et qu’il devienne plus à l’aise au contact de la nouveauté ;

 

  • Rassurer son enfant en lui disant qu’il n’y a pas d’urgence, qu’il peut prendre son temps pour se décider. Dites lui également qu’il n’y a rien d’anormal à préférer rester dans sa chambre après l’école plutôt que d’aller jouer avec les copains ;

 

  • Le laisser dans son monde et le laisser venir à vous quand il en aura envie ;

 

Des habitudes pertinentes

  • L’encourager et le féliciter dès qu’il fait des efforts ;

 

  • Travailler sa communication en faisant attention au meilleur moment de la journée pour échanger avec son enfant. Aussi, posez-lui des questions pertinentes comme si vous parliez à un adulte. Par exemple :  » qu’est-ce que tu as appris aujourd’hui à l’école ? »;

 

  • Échanger sur ce qu’il ressent et être attentif à son humeur;

 

  • Valoriser en permanence ses qualités, ses forces et ses talents. Sa sensibilité, son sens de l’observation, son intuition, sa capacité de concentration sont de véritables atouts. De même, s’il a un talent, sachez que ses qualités introverties seront de véritables forces pour mettre en lumière ce talent et le développer ;

 

  • Enfin, si vous avez d’autres enfants, il serait utile de leur faire comprendre que leur frère ou leur sœur est introverti(e) et ce que cela veut dire.

En bref

Si votre enfant est introverti ce n’est pas un problème, au contraire. Ces petits signes que les parents interprètent comme inquiétants sont en réalité tout à fait normaux et veulent simplement dire que son enfant a un tempérament introverti. Prêter attention à ses signes, prendre conscience que c’est normal et adopter les bons comportements, voilà la clé pour aider son enfant à devenir un adulte accompli et épanoui.

Je termine par un  » C’est quoi la question ? «  : Après avoir lu l’article, pensez-vous que l’un de vos enfants est introverti ? Faites-nous partager svp votre réponse en commentaires !

Passionnée par le développement personnel, la psychologie introvertie, l’entrepreneuriat et le monde du travail, j’accompagne les jeunes actifs débutants désireux de se reconvertir et les profils introvertis à découvrir les facettes de leur personnalité et leurs modes de fonctionnement pour être plus épanouis. Je mets également en avant mon goût pour l’écriture en proposant des articles destinés à inspirer et à aider mes deux audiences.