Temps de lecture : 11 minutes
Facebook
Google+
https://www.soniavalente.com/les-7-conseils-pour-se-lancer-en-tant-quentrepreneur-quand-on-est-introverti">
Twitter
LinkedIn

L’entrepreneuriat séduit de plus en plus. Les histoires d’entrepreneurs à succès fleurissent sur la toile du web et donnent envie. Beaucoup de jeunes actifs veulent à leur tour tenter l’aventure.

Parmi les clés pour réussir le lancement de son activité, on parle beaucoup de l’Idée. Est-elle innovante ? Répond-t-elle à un besoin ? On aborde également des aspects liés à la personne comme la motivation ou comme le fameux syndrome de l’imposteur.

Or, un paramètre est rarement abordé : le tempérament de la personne. Ai-je un tempérament introverti ou un tempérament extraverti ? Selon la réponse, la manière dont vous vous lancerez en tant qu’entrepreneur devra être différente. C’est un paramètre qui influera incontestablement sur la réussite de votre projet. Or, trop peu d’entrepreneurs le savent.

La société occidentale dans laquelle nous vivons prône l’idéal extraverti. Dans tous nos domaines de vie (famille, travail, vie sociale), il faut parler vite, parler fort, avoir une posture affirmée et aimer se mettre en avant, être très expressif, avoir un réseau social développé, avoir le goût du risque et être en activité permanente pour être considéré comme intelligent et intéressant, voire même accepté.

Ces caractéristiques et cette manière de vivre ne sont pas adaptés aux introvertis. Mais pour autant, cela ne veut pas dire qu’un introverti ne pourra pas être épanoui et réussir en tant qu’entrepreneur. Au contraire, les introvertis ont de véritables forces pour prospérer en tant qu’indépendant. Pour y arriver, il faut précisément savoir que l’on est introverti, comprendre ce que cela veut dire et identifier ses forces et ses axes d’amélioration.

Voici un petit listing de conseils que j’ai mis en application et qui se révèlent efficaces quand on est introverti et qu’on se lance dans l’entrepreneuriat.

Conseil 1 : Se planifier des créneaux de travail au calme et être attentif à son rythme

 

Depuis maintenant plusieurs années, les recherches et expériences initiées par les scientifiques et autres chercheurs dont Jérôme Kagan[1], démontrent que le tempérament introverti ou extraverti a une origine physiologique. Pour faire simple, le cerveau et les neurotransmetteurs fonctionnement différemment selon que l’on est introverti ou extraverti. Dès lors, on peut adapter son tempérament mais on ne peut jamais le changer. Voilà donc toute l’importance de savoir que l’on a un tempérament à dominante introverti.

Le rythme d’un introverti doit nécessairement être différent de celui d’un extraverti

Pour être en forme et en pleine capacité de sa concentration, un introverti a besoin de calme et de solitude. C’est dans ces moments-là qu’il recharge ses batteries. Contrairement à un extraverti, l’introverti est très sensible négativement aux stimulations extérieures, c’est-à-dire à la quantité d’énergie que l’on reçoit du monde extérieur comme les discussions, la lumière, le bruit. Ces stimulis l’épuisent. La fatigue l’envahit alors rapidement et son cerveau sature, comme s’il n’arrivait plus à réfléchir.

Le rythme journalier ou hebdomadaire doit être différent pour un introverti. Il doit s’écouter, avoir conscience qu’il ne pourra pas charger sa journée de trois rendez-vous, puis d’un déjeuner avec un copain et finir par la réalisation d’un business plan. S’il calque son rythme sur celui d’un extraverti, tout ce qui va arriver est qu’il va s’épuiser, perdre le moral et stagner.

Evaluer sa dose d’énergie

Pour trouver son propre rythme de croisière et son équilibre entre besoin de solitude et interactions sociales, il doit évaluer sa dose d’énergie et ses limites. Pour ma part, deux à trois rendez-vous en extérieur par semaine est ma limite. Après, je me sens fatiguée et je n’arrive pas à avancer dans mon travail.

Un introverti travaille mieux quand il est seul et au calme. Cela ne lui pose pas de problème de passer une journée seul et c’est un véritable atout quand on se lance en tant qu’entrepreneur : on souffre moins de la solitude.

Egalement, pour être le plus performant, il faut prêter attention aux fluctuations d’énergie. Quel est le moment de la journée où vous êtes le plus énergique ? Est-ce le matin ? Entre midi et deux ou le soir ? C’est durant cet intervalle que l’on doit s’adonner aux tâches les plus difficiles ou les plus importantes pour lancer son projet. Me concernant par exemple, c’est le matin jusqu’à 11h et le soir à partir de 21h.

 

Conseil 2 : capitaliser sur ses forces

 

Un introverti a une grande capacité de concentration. Il peut travailler pendant des heures sans ressentir le besoin de faire une pause.

Egalement, il réfléchit beaucoup avant d’agir. Avant de se lancer, il analyse tous les aspects de son projet. Il décortique les forces et les faiblesses, il anticipe les éventuels obstacles et les risques qu’il pourra rencontrer. Il prend du temps dans cette phase. Bien plus que son homologue extraverti et c’est ce qui fera toute la différence. La patience et la prudence de l’introverti sont de véritables atouts. Son sens du détail, d’analyse et de la réflexion font que son projet tient la route et qu’il a de grandes chances d’aboutir.

 

Conseil 3 : La méthode des sous-objectifs

 

Bien souvent, le simple fait de penser à la masse de travail qu’implique la concrétisation d’un projet comme se lancer en tant qu’entrepreneur suffit pour plomber l’énergie d’un introverti. De quelle façon ? Précisément parce qu’il est conscient que réaliser ce projet va lui demander de mobiliser une quantité énorme d’énergie. Il va alors rapidement avoir la sensation d’être débordé et il ressentira une sorte de paralysie mentale : son cerveau se bloque, rideau.

Pour éviter cela, il faut y aller petit pas par petit pas :

  • Lister tout ce qui doit être fait
  • Etablir un ordre de priorité
  • Décliner ensuite les objectifs en sous-objectifs SMARTE (spécifique-mesurable-atteignable-réalisable-dans le temps-écologique)
  • Traduire ses sous-objectifs en actions
  • Organiser son emploi du temps en prévoyant des plages horaires de travail une semaine à l’avance pour chacune de ses actions

En adoptant cette méthode, l’entrepreneur introverti sera plus performant et se sentira plus énergique.

Mon exemple

Mon projet est de démarrer mon activité freelance dans deux mois

  1. Objectifs : construire mes offres de services, choisir mon statut et m’occuper de la paperasse administrative, créer mon site internet.
  2. Ordre de priorité : construire mes offres de services, créer mon site et m’occuper  de la paperasse.
  3. Sous-objectif pour construire mes offres de services : définir ma cible, explorer la concurrence, me former, questionner les besoins de ma cible, établir mes offres.
  4. Sous-objectif SMARTE « me former « : suivre une formation marketing digital en 4 mois
  5. Action : m’inscrire à la formation

 

Conseil 4 :  Accentuer l’effort sur la préparation de ses présentations orales

 

Une fois qu’on a réfléchi et construit son projet, il faut le confronter aux avis extérieurs et le présenter. Qui dit présentation, dit prise de parole en public.

Distinction entre introversion et timidité

La première chose à avoir en tête est qu’un introverti n’est pas forcément timide. Etre timide veut dire craindre de prendre la parole, de donner son opinion par peur du » qu’en-dira-t-on ». C’est la peur de ce que les autres vont penser de nous et la croyance que les autres vont se moquer de nous. Généralement, la timidité surgit après des expériences douloureuses et concerne aussi bien les introvertis que les extravertis. Ainsi, les conseils donnés pour vaincre sa timidité ne sont pas adaptés à l’entrepreneur introverti s’il n’est pas timide.

Une personne introvertie ne redoute pas de prendre la parole, mais souffre simplement d’hyperstimulation quand elle est mise en avant. Elle n’aime pas parler d’elle et fait preuve d’une très grande modestie.

Cette gêne ou cet inconfort dans lequel se trouve l’introverti se manifeste généralement par une voix qui tremble ou qui ne porte pas, de l’hésitation dans le timbre de la voix, le regard fuyant, les bras serrés ou les mains derrière le dos. A cela s’ajoute qu’il peut perdre ses mots ou avoir l’impression de ne plus savoir quoi dire parce qu’il réagit fortement aux stimuli extérieurs (encore plus quand il se trouve dans un environnement nouveau). Ces signes seront interprétés – à tort – par ses interlocuteurs comme un manque de confiance en son projet, une timidité maladive, un manque d’assurance et un projet de travail peu convaincant.

Se préparer en amont

Il est important pour un entrepreneur introverti de bien se préparer. Par exemple, il peut être judicieux de définir le temps qu’il lui faut en amont pour se préparer. Il peut écrire son discours, noter les idées les plus importantes. Puis, s’entraîner devant le miroir ou devant 2 ou 3 personnes. Aussi, il est préférable de ne pas prévoir une journée chargée la veille et passer une bonne nuit de sommeil pour être au maximum de son énergie au moment de la présentation.

 

Conseil 5 : développer son réseau en privilégiant l’écrit

 

Le réseau est indispensable pour faire savoir que l’on est maintenant entrepreneur, pour faire connaitre son projet et pour nouer des relations constructives. L’entrepreneur introverti le sait bien.

Pour un extraverti, c’est facile. Il se sentira comme un poisson dans l’eau puisqu’il aime se mettre en avant et se nourrit de ces échanges qui le stimulent de manière positive. Mais pour un introverti, c’est une très grande difficulté et même parfois un handicap. Il est sensible à la nouveauté et à l’environnement. Ce handicap peut parfois devenir une souffrance et faire échouer son projet. Alors, comment faire ?

Pour ma part, je privilégie avant tout les contacts par écrit : mails, réseaux sociaux. L’ère du digital est une vraie aubaine pour les introvertis et il faut exploiter ce canal de communication le plus possible.

L’introverti est bien plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral. Il n’a pas de stimulation extérieure qui le parasite et peu donc prendre le temps nécessaire à la réflexion. L’autre avantage de privilégier l’écrit est que l’on n’a pas non plus besoin de répondre du tac au tac. On a donc le temps d’enregistrer les informations que va nous donner notre interlocuteur, de les assimiler, d’avoir une pensée et de faire émerger une opinion/une idée et ensuite de répondre. C’est donc une vraie opportunité de développer son réseau de cette façon. De plus, si vous tombez sur un interlocuteur lui-même introverti, il y a de fortes chances qu’il préfère que vous le contactiez de cette façon.

Le réseautage physique, la bête noire de l’entrepreneur introverti

Pour le reste de la communication, pas d’autres solutions que de sortir de sa zone de confort et de faire du networking au travers d’afterwork ou d’autres événements autour de l’entrepreneuriat. L’expérience sera délicate, mais nécessaire.

Commencez par regarder les événements qui seront les plus intéressants pour votre projet. Pourquoi ne pas demander à un ami entrepreneur de vous accompagner ? Ou prendre contact en amont avec une personne qui vous parait sympathique et qui participera à l’événement ?

Avant de vous rendre à l’événement, travailler votre petit pitch. Ne soyez pas modeste, mais soyez sincère. Vous devez avoir confiance en vous et en votre projet pour donner l’envie à votre interlocuteur d’en savoir un peu plus voire de travailler avec vous. Si après vous être présenté, votre interlocuteur vous pose des questions et que vous sentez que vous ne trouverez pas vos mots ou que le stress vous envahit, répondez que vous allez y réfléchir et que vous lui apporterez une réponse plus tard. Ça sera l’occasion de prendre ses coordonnées.

Diminuer le stress et réduire l’hyperstimulation

Pour faire diminuer le stress, dirigez-vous vers le buffet. Etre occupé réduit l’hyperstimulation et la sensation de stress. Ou alors n’hésitez pas à aller faire un tour aux toilettes pour retrouver un peu d’énergie. Certainement que vous vous rendrez compte que vous n’êtes pas la seule personne introvertie.

Ecouter une personne parler demande plus d’énergie pour un introverti pour les raisons évoquées plus haut. Pendant que vous écoutez votre interlocuteur parler, vous pouvez lui répondre par le langage non verbal comme un sourire, un hochement de tête, un haussement des sourcils. Cela suffit pour lui faire comprendre que vous êtes intéressé et à l’écoute.

Enfin, se fixer un temps de présence limitée est une bonne idée pour faire baisser la pression avant d’arriver sur le lieu de l’événement. Par exemple, 1h30 de présence pour discuter et se faire connaitre et après vous rentrez. Il ne faut pas se forcer à rester trop longtemps sinon vous risquez de vous agacez et vous ne voudrez plus retenter l’expérience.

 

Conseil 6 : contrôler ses doutes

 

L’introverti vit dans le monde intérieur des pensées et des émotions. Il cogite en permanence contrairement à l’extraverti qui lui est davantage dans l’action. Lorsqu’il se lance en tant qu’entrepreneur, il va penser, repenser. Mais aussi ressentir tout un tas d’émotions vertigineuses allant du courage au doute en passant par l’excitation.

Se remettre en question et avoir des doutes sont utiles, mais trop de doutes risquent de nuire au lancement de son activité. Il faut contrôler ses doutes et ses craintes et remplacer ses pensées paralysantes par des pensées objectives et positives.

Au lieu de se dire « Je ne suis pas sûre que cela va marcher » ou « Pourquoi on viendrait me voir à moi plutôt qu’à mon voisin ? » on peut dire « Je ne peux pas savoir si ça va marcher si je n’essaie pas » ou bien « Pas besoin d’être un véritable expert, je me forme au quotidien et avec ce que je sais et ce que je suis, je suis légitime et j’apporte une vraie valeur ajoutée ».

 

Conseil 7 : demander de l’aide et s’entourer des bonnes personnes

 

L’une des caractéristiques de l’introverti est qu’il demande rarement de l’aide. Sa détermination et sa discrétion font qu’il préfère se débrouiller tout seul. De plus, solliciter de l’aide extérieure lui demande de mobiliser beaucoup d’énergie. Ce n’est qu’en dernier recours, quand il aura épuisé toutes les options pour résoudre son problème, qu’il sollicitera de l’aide. Ce n’est pas une très bonne idée quand on a déjà une énergie qui descend à la vitesse grand V !

J’en suis l’exemple : j’ai décidé de me former à la création de sites web. J’y ai passé un temps fou et j’ai dépensé une énergie folle à tout paramétrer toute seule alors que j’avais un ami développeur qui aurait pu me donner un coup de main. J’ai rencontré un problème et j’ai passé plusieurs jours à essayer de trouver la solution par moi-même alors que je ne connaissais rien aux lignes de codes. J’ai attendu le dernier moment pour demander de l’aide à mon ami et sa réponse était très juste : « Pourquoi tu ne m’as pas demandé de faire ton site ? Ça m’aurait pris une matinée pour le faire «. Et il avait raison.

Alors, n’attendez pas la dernière minute et entourez-vous des personnes qui sont susceptibles de vous aider dans la concrétisation de votre projet : juriste, développeur, graphiste, comptable, expert en référencement naturel, etc,…

Conclusion

L’introverti possède l’essentiel des ingrédients pour réussir en tant qu’entrepreneur. Il a de fortes chances de mener son projet parce qu’il est consciencieux, réfléchi, persévérant, prévenant et prudent. Pour mettre toutes les chances de son côté, il doit être conscient de ses forces, trouver son rythme pour conserver une énergie équilibrée et ne pas s’épuiser. En privilégiant les contacts par écrit et en travaillant sa prise de parole, il ne peut que prospérer dans le monde entrepreneurial.

Alors qu’attendez-vous pour vous lancer ?

 

[1] J. Kagan, La part de l’inné, Bayard, 1999.

Passionnée par le développement personnel, la psychologie introvertie, l’entrepreneuriat et le monde du travail, j’accompagne les jeunes actifs débutants désireux de se reconvertir et les profils introvertis à découvrir les facettes de leur personnalité et leurs modes de fonctionnement pour être plus épanouis. Je mets également en avant mon goût pour l’écriture en proposant des articles destinés à inspirer et à aider mes deux audiences.