MON ENFANT EST-IL INTROVERTI ?

MON ENFANT EST-IL INTROVERTI ?

Temps de lecture : 10 minutes

Facebook
Google+
https://www.soniavalente.com/category/famille-amis-et-amour">
Twitter
LinkedIn

Je ne suis pas maman. Mais je n’ai pas besoin de l’être pour savoir qu’à partir du jour où l’on devient parent, l’un des principaux désirs à côté de la bonne santé de son enfant est de le voir grandir, s’accomplir et devenir un adulte réalisé et épanoui. L’inquiétude est donc un passage obligé. On s’inquiète du moral de son enfant, de son parcours scolaire, de son caractère, de ses fréquentations, de ses expériences.

Beaucoup de parents s’inquiètent de l’introversion de leur enfant. À tort ou à raison ? La réponse n’est pas si simple. Leur inquiétude est bienveillante. Malheureusement, encore trop peu de parents savent ce qu’est vraiment l’introversion. Ils assimilent cela à de la timidité, de l’hypersensibilité, de la fragilité et voient la dépression pointer le bout de son nez.

Cette interprétation erronée s’explique par le fait que notre société occidentale prône l’idéal extraverti. Pour être une personne bien dans ses baskets et être perçu comme quelqu’un ayant réussi, il faut être très sociable, prendre des risques, être dans l’action, être à l’aise, parler beaucoup et avoir des tas d’activités.

Voilà pourquoi, un bon nombre de parents se soucient du tempérament introverti de leur enfant. À cela s’ajoutent les enseignants qui alertent les parents sur le comportement de leur enfant, ce qui accentue l’inquiétude de ces derniers. Pensant bien faire, ils essaient de corriger l’introversion de leur enfant. Or, cette réaction peut être dangereuse.

Alors comment faire pour éviter d’en arriver là et adopter la bonne attitude ? Pour y répondre, commençons par nous intéresser sur les signes qui montrent que son enfant est introverti.

1/ Les signes qui montrent qu’un enfant est introverti

 

Ce n’est pas facile de déceler les signaux qui montrent que son enfant est introverti. La personnalité est très complexe et se compose d’une multitude d’éléments qui font de chacun de nous, une personne singulière, à part entière. Cependant, il existe un « socle commun » de comportements que l’on retrouve chez une grande majorité d’introvertis.

 

La solitude, la curiosité et le sens de l’observation

Votre enfant passe beaucoup de temps enfermé dans sa chambre seul à rêvasser ? Il préfère lire un bouquin, dessiner, jouer à la console ou au lego plutôt que de jouer dehors avec les autres enfants ? S’il a toujours été comme ça, pas besoin de s’inquiéter en vous disant qu’il montre les signes d’une dépression ou d’une phobie sociale. Pour en être sûr, questionnez-le de manière à vous assurer que ce n’est pas pour une toute autre raison.

Autre signe, votre enfant pose beaucoup de questions, il est très curieux. Les questions qu’il pose sont en général très pertinentes pour son âge.

Un enfant introverti est très observateur. Il préfère par exemple observer des personnes qu’il ne connait pas pour se faire une idée de qui ils sont avant de décider de leur parler.

 

Être peu bavard ne veut pas forcément dire être introverti

Un enfant introverti est peu bavard. Cela ne veut pas dire qu’il est timide. Être timide signifie craindre de prendre la parole par peur de se tromper ou par peur du jugement et des moqueries des autres. Un introverti lui, parle peu parce que les stimulations extérieures (bruit, interactions, lumière, etc) plombent son énergie. Pour caricaturer, il se met en mode économiseur d’énergie. Un enfant extraverti peut être timide. Et bien souvent, on le défini à tort comme introverti.

 

Attentif aux détails, sensible et réfléchi

Un enfant introverti perçoit des petits détails que les autres enfants ne voient pas. Par exemple, une petite tâche sur son doudou que vous avez essayé de masquer ou un nouveau vêtement que vous portez.

C’est un enfant très réceptif et sensible. Si un camarade de classe pique le jouet d’un autre enfant, il va percevoir et ressentir la tristesse de ce dernier. Il peut revenir à la maison en ressassant dans sa tête ce passage. Il va essayer de comprendre pourquoi son camarade a piqué le jouet et va tenter de comprendre ses émotions. Un enfant introverti est donc aussi très réfléchi et passe du temps à décortiquer ses émotions et les informations qu’il a emmagasinées au fil de la journée.

 

La fatigue et le calme

La fatigue l’envahit plus rapidement qu’un enfant au tempérament extraverti. Ainsi, si vous remarquez que votre enfant exprime être fatigué après l’école ou après une après-midi sportive et qu’il réclame vouloir être au calme et se retrouver seul, il n’y pas besoin de s’alarmer. Il a simplement besoin de recharger ses batteries.

Egalement, il est calme. Il ne court pas partout et préfère des activités qui sont plus cérébrales et créatives.

 

La concentration et la tendance à ne pas trouver ses mots

À l’école, un enfant introverti est fort pour des activités/exercices à faire seul et qui demandent une grande capacité de concentration. La concentration est un vrai point fort. Il n’a pas de difficultés à se concentrer et s’il met en application un talent, il peut véritablement exceller (instrument de musique, écriture). Il préfère d’ailleurs les activités de solitude comme le dessin, l’écriture, plutôt qu’un sport collectif.

Enfin, si l’instituteur de votre enfant vous fait remarquer qu’il a du mal à répondre aux questions et qu’il est un peu lent, sachez que c’est normal et qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter si ses résultats sont bons à l’écrit. Quand un professeur interroge un enfant introverti devant toute la classe, il va avoir tendance à perdre ses moyens. Comme si son cerveau s’était tout à coup mis en mode pause et que plus rien ne sortait de sa bouche. Cette réaction a une explication que nous allons voir dans les origines de l’introversion.

 

2/ Pourquoi mon enfant est introverti ?

 

Il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer pourquoi l’on est introverti ou extraverti. Avant de s’intéresser aux causes, voyons la différence entre tempérament et personnalité.

 

La différence entre la personnalité et le tempérament

Je parle souvent de personnalité et de tempérament introverti dans mes articles. Bien souvent, je les utilise comme synonymes, mais certains psychologues différencient la personnalité et le tempérament et je pense qu’ils ont raison.

La personnalité est le résultat de l’expression et de la singularité d’une personne. La personnalité se forge et évolue en fonction de l’influence culturelle et des expériences personnelles.

Le tempérament fait référence aux schémas émotionnels et comportementaux innés et induits par la biologie de l’individu dans les premières années de sa vie.

 

L’hérédité

Selon Susan Cain, auteur du livre La force des discret,  40 à 50 % du tempérament introverti provient de la génétique. Cela veut donc dire que si l’un des parents est introverti, il y a une probabilité pour que l’enfant le soit aussi.

 

La biologie

Également, les recherches et expériences prouvent que le tempérament introverti a une origine biologique. Il y aurait alors une part de notre introversion « innée ». Pour faire simple, le système nerveux central contrôlé par l’amygdale qui est situé dans le système limbique, appelé « le cerveau des émotions », fonctionnerait différemment selon que l’on est introverti ou extraverti.

  • La sensibilité à l’inconnu

L’auteur du livre cité ci-dessus l’explique très bien. L’une des fonctions de l’amygdale est de détecter instantanément les éléments nouveaux. Pour un enfant introverti, le système nerveux est sensible à l’inconnu. C’est ce qui explique qu’il sera observateur et vigilant quand il se trouve au contact de nouvelles personnes. Il est sensible à son environnement et porte une attention particulière aux personnes et aux choses. Par conséquent, le système nerveux explique qu’un enfant introverti voit et ressent davantage les choses.

Autre raison qui expliquerait l’introversion est la sensibilité à la dopamine, la fameuse hormone du plaisir qui s’active dans l’action. Selon les études, les introvertis seraient moins sensibles à la dopamine contrairement aux extravertis.

  • Dans le monde intérieur des pensées

Dans son bouquin, Introverti et heureux, Marti Olsen Laney explique également que pour les introvertis, la voie cérébrale est plus longue et dominée par l’acétylcholine. À l’inverse, la voie cérébrale des extravertis est plus courte et dominée par la dopamine (qui s’active dans l’action). Sans entrer dans les détails, c’est ce qui explique qu’un introverti soit tourné vers le monde intérieur, ses pensées, ses émotions.

L’auteur explique également que le système nerveux d’une personne introvertie l’amène à réagir avec plus de prudence. Il réfléchit avant d’agir.

 

L’environnement familial et culturel

L’environnement familial et culturel joue également un rôle. Dans son ouvrage cité plus haut, Susan Cain explique d’ailleurs qu’un enfant introverti est davantage affecté par une expérience positive ou négative. Egalement, il est plus vulnérable aux difficultés de la vie (divorce par exemple). Il aura tendance à répondre par l’anxiété, la dépression ou la timidité (exemple : s’il est montré du doigt par l’un de ses parents à chaque fois qu’il prend la parole et qu’il se trompe).

En revanche, elle explique qu’un enfant introverti aura moins de problèmes émotionnels, qu’il sera compréhensif, coopératif et consciencieux s’il grandit dans un foyer stable.

 

Le libre arbitre

Enfin, il ne faut pas oublier qu’il y a une part de libre arbitre en chacun de nous. C’est bien normal. Autrement nos comportements et nos réactions seraient prévisibles. Nous nous ressemblerions tous. Chacun d’entre nous, que nous soyons introvertis ou extravertis, avons une capacité d’adaptation plus ou moins grande. Me concernant par exemple, je peux dire que je suis à l’aise avec des inconnus et que je n’ai pas de difficultés à parler et à engager une conversation.

Maintenant que nous avons vu les signes et les causes de l’introversion, comment faire pour bien accompagner un enfant introverti à grandir et à s’épanouir ?

3/ Comment aider son enfant introverti à évoluer et s’épanouir ?

 

Pour faire au mieux, il faut éviter à tout prix certaines erreurs et adopter de bonnes habitudes.

 

Les erreurs à éviter

Voici une liste d’exemples d’erreurs à éviter maintenant que vous en savez plus sur le tempérament introverti de votre enfant :

  • Ne surtout pas accourir chez un psychologue pour « guérir » votre enfant et traiter son introversion. Ça ne ferait qu’accroitre le sentiment – déjà apporté par la société – que quelque chose cloche chez lui alors qu’en réalité il est tout à fait normal. ;

 

  • Éviter les remarques exprimées sur un ton négatif comme :  » Parle un peu plus fort, on n’entend rien à ce que tu dis  »  ,  » Ça y’est t’as décidé de sortir de ta coquille ?  » ;

 

  • Ne pas comparer son enfant à son frère ou son cousin extraverti ;

 

  • Ne pas bousculer son enfant. Que vous vouliez qu’il soit moins craintif et plus ouvert à la nouveauté, c’est tout à fait normal. Mais il faut y aller à son rythme ;

 

  • Eviter de le gronder si vous le trouvez lent ou trop sensible ;

 

Les bonnes habitudes à adopter

Des habitudes efficaces

  • Faire preuve de patience. Votre enfant a besoin de temps pour réfléchir aux informations que son cerveau vient de recevoir et de penser à ce qu’il ressent. Il réfléchit et après il agit. Alors ne le pressez pas à prendre une décision. Par exemple, si vous prévoyez une sortie samedi et que vous le sollicitez sur le choix de l’activité, prévenez-le en avance et non pas dix minutes avant de partir car il y a fort à parier qu’il ne sache pas trop quoi vous répondre. Il n’a pas le temps de réfléchir ;

 

  • L’accompagner à son rythme dans la nouveauté. Faites-le découvrir de nouveaux lieux, de nouvelles personnes et/ou activités pour qu’il s’y habitue et qu’il devienne plus à l’aise au contact de la nouveauté ;

 

  • Rassurer son enfant en lui disant qu’il n’y a pas d’urgence, qu’il peut prendre son temps pour se décider. Dites lui également qu’il n’y a rien d’anormal à préférer rester dans sa chambre après l’école plutôt que d’aller jouer avec les copains ;

 

  • Le laisser dans son monde et le laisser venir à vous quand il en aura envie ;

 

Des habitudes pertinentes

  • L’encourager et le féliciter dès qu’il fait des efforts ;

 

  • Travailler sa communication en faisant attention au meilleur moment de la journée pour échanger avec son enfant. Aussi, posez-lui des questions pertinentes comme si vous parliez à un adulte. Par exemple :  » qu’est-ce que tu as appris aujourd’hui à l’école ? »;

 

  • Échanger sur ce qu’il ressent et être attentif à son humeur;

 

  • Valoriser en permanence ses qualités, ses forces et ses talents. Sa sensibilité, son sens de l’observation, son intuition, sa capacité de concentration sont de véritables atouts. De même, s’il a un talent, sachez que ses qualités introverties seront de véritables forces pour mettre en lumière ce talent et le développer ;

 

  • Enfin, si vous avez d’autres enfants, il serait utile de leur faire comprendre que leur frère ou leur sœur est introverti(e) et ce que cela veut dire.

En bref

Si votre enfant est introverti ce n’est pas un problème, au contraire. Ces petits signes que les parents interprètent comme inquiétants sont en réalité tout à fait normaux et veulent simplement dire que son enfant a un tempérament introverti. Prêter attention à ses signes, prendre conscience que c’est normal et adopter les bons comportements, voilà la clé pour aider son enfant à devenir un adulte accompli et épanoui.

Je termine par un  » C’est quoi la question ? «  : Après avoir lu l’article, pensez-vous que l’un de vos enfants est introverti ? Faites-nous partager svp votre réponse en commentaires !

Passionnée par le développement personnel, la psychologie introvertie, l’entrepreneuriat et le monde du travail, j’accompagne les jeunes actifs débutants désireux de se reconvertir et les profils introvertis à découvrir les facettes de leur personnalité et leurs modes de fonctionnement pour être plus épanouis. Je mets également en avant mon goût pour l’écriture en proposant des articles destinés à inspirer et à aider mes deux audiences.

5 QUESTIONS A SE POSER SI VOUS PREVOYEZ DES VACANCES EN GROUPE

5 QUESTIONS A SE POSER SI VOUS PREVOYEZ DES VACANCES EN GROUPE

Temps de lecture : 7 minutes

Facebook
Google+
https://www.soniavalente.com/category/famille-amis-et-amour">
Twitter
LinkedIn

Les vacances de noël approchent ! Peut-être que vous êtes encore en train de les planifier ? Au ski ? Au soleil ? A New York ? Si vous êtes introverti, arrêtez tout et lisez cet article.

L’épreuve du voyage n’est pas toujours évidente quand on est introverti. J’adore voyager et en même temps le fait de quitter ma petite routine m’angoisse au moment de partir. Souvent, ce sont les mêmes questions qui reviennent : est-ce que je vais avoir des moments à moi pour m’isoler ? Vais-je réussir à tenir le rythme ? Est-ce que le logement sera bien ? Est-ce que je vais bien dormir ?

Avoir conscience que vous êtes introverti et de vos besoins est indispensable quand on prévoit de partir en voyage à plusieurs. Si vous n’y prêtez pas attention, vous risquez de « subir » les vacances au lieu d’être bien et d’en profiter, ce qui vous laissera un sentiment amer. Et croyez-moi, ça peut arriver même dans le coin le plus paradisiaque du monde !

Pour éviter cela, je vous ai dressé une liste des 5 questions que vous devez impérativement vous poser avant de planifier votre départ en vacances.

1/ On est combien à partir ?

 

Quand on part en vacances en groupe, on passe nécessairement plus de temps en communauté que pendant notre routine quotidienne.

Le nombre de personnes à participer au séjour est alors un paramètre à prendre en compte. Un petit groupe de trois personnes ou un groupe de dix personnes ? Le choix est important.

Une personne introvertie réagit négativement aux stimulations extérieures comme les interactions sociales, le bruit, la lumière, la température, etc… Tous ces stimuli lui demandent de mobiliser une quantité énorme d’énergie et l’épuisent. Contrairement à une personne au tempérament extraverti, l’introverti a besoin de solitude et de calme pour recharger ses batteries et pour se retrouver dans son monde intérieur des pensées et des émotions.

Ainsi, si vous partez avec un groupe de dix personnes, vous allez vous fatiguer plus vite. L’idéal est alors de partir en petit groupe de trois ou quatre personnes. Moins de stimulations, plus d’énergie. Dans l’hypothèse où ce n’est pas possible, vous allez devoir faire attention au rythme de vos vacances et aux activités que j’aborde un peu plus loin.

Autre point à avoir à l’esprit :  la fatigue risque d’être plus présente et de se transformer en énervement si vous partez avec des inconnus. L’exemple du séjour organisé par une agence de voyages est à éviter quand on est introverti. En effet, qui dit voyage organisé, dit voyage en groupe de 6 personnes ou plus qui ne se connaissent pas.

Or, l’introverti met plus de temps à se familiariser à la nouveauté. Il met aussi plus de temps à se livrer à des inconnus et préfère rester en retrait. Quand vient le moment où il se sent suffisamment à l’aise pour se laisser aller, le séjour touche à sa fin. Partir avec des amis avec qui on se sent bien est donc une meilleure option.

 

2/ On va où et on prévoit de faire quoi ?

 

Vous prévoyez de partir à la découverte de l’Ouest américain en mode road-trip avec pour but de voir le plus de choses possible ? Ou plutôt des vacances « farniente » dans un hôtel 5* au Mexique ? Selon le cas, les questions à vous poser seront différentes.

 

Le voyage  » je veux voir et faire le maximum de choses « 

Quand on part en voyage dans le but de découvrir le maximum de choses, le point de vigilance va être de doser les activités. Par exemple, vous envisagez de partir à New-York pendant cinq jours et vous avez prévu de crapahuter dans les quartiers de la grande pomme, de visiter deux musées, d’assister à un match de la NBA, de sortir dans un club branché de la ville, de faire les magasins, d’aller courir dans le central park et j’en passe ?

Vous allez me dire « Mais c’est le but. Je suis venue pour voir et faire le maximum de choses ! ». C’est vrai, mais pour avoir fait l’erreur de planifier trop de choses pendant mon séjour à New-York, ce que j’ai gagné est une perte de plaisir durant les derniers jours. J’étais simplement exténuée que je suis tombée malade. New York est le summum de l’hyperstimulation. Toute cette effervescence, ces bâtiments, le rythme effréné, le bruit, les odeurs. Ceci peut sévèrement plomber l’énergie d’un touriste introverti s’il n’adapte pas son comportement à son niveau d’énergie.

Pour en profiter et prendre du plaisir, posez-vous les questions suivantes : qu’est-ce que je veux vraiment faire ou voir ? Faites un choix. Est-ce que mon budget et ma situation me permettent d’y rester un ou deux jours de plus ? Est-ce que je ne devrais pas prévoir une journée plus « light » le premier jour par exemple le temps de m’acclimater à la ville ?

 

Le voyage farniente hôtel 5*

Si vous partez à plusieurs, vous risquez d’être H24 ensemble. Pensez à prévenir vos amis de votre besoin de vous isoler à certains moments de la journée pour retrouver de l’énergie. Un moment lecture sur une chaise longue loin du brouhaha des enfants qui jouent à la piscine ou loin de vos amis. Faites-leur bien comprendre que c’est important pour vous.

 

3/ Chambre solo ou chambre partagée ? 

 

Voilà un point très important. Passer une bonne nuit de sommeil, c’est la base pour être en forme. Quel logement privilégier quand on voyage en groupe et que l’on est introverti ?

Si votre budget vous le permet, évitez les chambres partagées avec six couchages en auberge de jeunesse ou si vous ne pouvez pas, limitez le nombre de nuits. Il y a beaucoup de va-et-vient, beaucoup de bruit et en termes d’espace vous allez vous sentir à l’étroit. Or, l’introverti a besoin d’avoir un espace à lui et ne pas se sentir trop proche des autres.

Autant que possible, privilégiez les chambres où vous êtes seul(e), en couple ou à deux avec un ami. Votre chambre est un lieu calme où vous pouvez vous ressourcer. Si vous devez la partager avec un ami, n’hésitez pas à lui expliquer que vous ne voulez pas discuter et que vous avez besoin de silence et de repos. Si votre ami ne comprend pas, libre à lui de quitter la chambre et de rejoindre d’autres personnes pour papoter.

 

4/ Quel est le bon rythme pour moi ?

 

Le rythme d’un introverti est différent d’un extraverti. Ce dernier est positivement stimulé par le monde extérieur contrairement à l’introverti. Au moment d’organiser votre voyage, pensez à prévoir un rythme qui vous permettra de garder un minimum d’énergie et de recharger vos batteries pour repartir de plus belle à l’exploration de votre destination.

Si vous calquez votre rythme sur celui d’un extraverti, vous risquez fortement de vous épuiser au bout de quelques jours. Vous allez finir par ne plus apprécier votre voyage et ça serait quand même dommage.

Je m’explique à travers mon expérience : Je suis partie en road-trip avec deux amies dans l’ouest des Etats-Unis. On avait deux semaines pour faire Los Angeles, Las Vegas, le parc de Yosemite et San Francisco. On faisait une boucle avec un départ et un retour à Los Angeles. Je vous laisse imaginer le nombre de kilomètres que l’on a fait ! Le rythme était très intense, trop intense. Je suis rentrée chez moi épuisée. Mes batteries étaient dans le rouge et il m’a fallu bien une semaine avant de m’en remettre.

Pour éviter d’en arriver là, réfléchissez bien au rythme qui vous conviendra. Vous n’êtes pas obligés de faire tout, tous ensemble. Vous pouvez par exemple prévoir une matinée plus calme et rejoindre votre groupe plus tard. Après une journée bien chargée, vous pouvez aussi décider de rentrer à votre hébergement et de vous coucher plus tôt ou de vous lever plus tard le lendemain. Autre option, vous pouvez planifier une matinée chargée et une après-midi plus détendue.

Enfin, prenez note qu’un introverti met plus de temps à s’adapter au décalage horaire.

 

5/ Est-ce que je ne devrais pas prévoir un jour off avant de reprendre le boulot ?

 

Quand on planifie ses vacances, on n’oublie souvent de penser au retour. Pourtant, c’est important. Combien de fois êtes-vous rentré de vacances en reprenant le travail dans la foulée ? Ce n’est facile pour personne, quel que soit notre tempérament. Au moment de poser vos congés, pourquoi ne pas prévoir un jour ou deux en plus pour bien récupérer ? Ou alors revenir de vacances un vendredi et avoir le week-end pour vous reposer ?

En bref

Plusieurs raisons nous motivent à voyager : la découverte d’une nouvelle culture, le climat, l’architecture d’une ville, l’histoire, une activité sportive etc… Quelle que soit cette motivation, quand on voyage on recherche une émotion positive : excitation, joie, émerveillement, détente. Veillez donc à vous poser les bonnes questions de manière à réunir les bonnes conditions pour profiter et apprécier ce voyage.

Je termine par un  » C’est quoi la question ? «  : Quelle est votre prochaine destination de vacances ? Partagez-nous votre réponse dans les commentaires !

Passionnée par le développement personnel, la psychologie introvertie, l’entrepreneuriat et le monde du travail, j’accompagne les jeunes actifs débutants désireux de se reconvertir et les profils introvertis à découvrir les facettes de leur personnalité et leurs modes de fonctionnement pour être plus épanouis. Je mets également en avant mon goût pour l’écriture en proposant des articles destinés à inspirer et à aider mes deux audiences.

LES 6 RAISONS POUR LESQUELLES L’AMITIE INTROVERTI-EXTRAVERTI EST LA PLUS BELLE

LES 6 RAISONS POUR LESQUELLES L’AMITIE INTROVERTI-EXTRAVERTI EST LA PLUS BELLE

Temps de lecture : 7 minutes

Facebook
Google+
https://www.soniavalente.com/category/famille-amis-et-amour">
Twitter
LinkedIn

Sherlock Holmes et le Docteur Watson, ça vous parle ? Le cinéma et la télévision mettent régulièrement à l’honneur des amitiés entre deux personnes aux tempéraments opposés. Ce qu’on peut dire, c’est que ces amitiés font partie des plus belles !

 

L’une de mes meilleures amies est une extravertie, une vraie sans aucun doute ! Quand j’ai terminé la rédaction de mes premiers articles et la présentation de mon site, je lui ai demandé d’y jeter un œil et de me dire ce qu’elle en pensait. La première chose qu’elle m’ait dite est qu’elle était désolée pour toutes les fois où elle m’avait fait des remarques sur mon côté discret et timide. Mais ce n’est pas le plus intéressant. Le plus intéressant est la discussion que nous avons eue sur notre vieille amitié de dix ans.

Assises près d’un parc (qui était fermé d’ailleurs ! ), on s’est interrogé sur ce qui fait que malgré nos tempéraments opposés, notre amitié soit toujours aussi solide. Tout naturellement, nous avons fait une sorte de bilan de notre amitié en exprimant avec sincérité tout ce qui faisait qu’on avait besoin l’une de l’autre dans nos vies.

 

Cette discussion, aussi banale soit-elle, restera un moment important et gravé dans ma mémoire. J’ai pris encore plus conscience de la complémentarité et de l’équilibre que m’apportait mon amie extravertie. Comme elle l’a justement dit, « On est le yin et le yang « . C’est pour ça qu’en me levant ce matin, j’avais très envie d’écrire cette ode à l’amitié introverti-extraverti, en vous partageant les trois raisons qui font que nous avons tous besoin d’un extraverti dans nos amis et inversement.

 

Même si c’est moi qui tiens la plume de cet article, je tiens à ce que vous sachiez que cet article aura autant de moi que de mon amie, puisqu’il est le reflet de ce que nous avons pu nous dire et de ce dont nous avons pris conscience.

 

1/ L’ami extraverti apporte de la nouveauté dans la vie sociale de son ami introverti

 

Mon tempérament introverti fait que je suis une personne discrète et calme. Me faire sortir de chez moi n’est pas une mission facile. Il faut être persévérant et encore plus quand il s’agit de me faire aller chez quelqu’un que je ne connais pas. L’avantage d’avoir un ami extraverti est qu’il ne va pas hésiter à nous bousculer pour qu’on bouge enfin notre postérieur.

Sans lui, il y a peu de probabilité qu’on se motive à sortir. Et ce n’est pas non plus nos amis introvertis qui le feront ! Il y a alors fort à parier que l’on décide de rester dans notre petit cocon de solitude puisque de toute façon, on s’y sent bien. Mais l’ami extraverti va nous pousser à sortir de notre zone de confort et à sociabiliser. Et c’est une très bonne chose. On rencontre de nouvelles têtes, on crée de nouveaux liens. Parfois, ça peut aussi nous aider à développer notre réseau professionnel ou même à rencontrer l’amour !

Grâce à mon amie, j’ai fait de très bonnes rencontres dont une, qui aujourd’hui, je considère comme une véritable amie.

Le fait d’avoir un ami extraverti nous booste et modifie aussi notre manière de percevoir l’inconnu. On se familiarise de plus en plus avec la nouveauté et l’expérience devient de plus en plus facile.

Aujourd’hui, je ressens moins de crainte ou d’angoisse à l’idée d’aller dans un lieu que je ne connais pas ou de me retrouver au milieu d’inconnus. Je prends même un vrai plaisir à tester la nouveauté et à rencontrer de nouvelles personnes. Je combine le besoin et la liberté de rentrer m’isoler chez moi quand j’en ai assez avec mon envie de sociabiliser. En prime, je gagne en confiance dans la prise de parole.

 

2/ De la légèreté et des paillettes

Autre bénéfice que m’apporte cette amitié : la légèreté ! En bonne extravertie, mon amie est très à l’aise pour exprimer sa joie, son excitation ou sa motivation. Bien qu’au bout d’un certain moment son énergie débordante m’épuise, ça me procure un bien fou et c’est communicatif. Ça me fait sourire et ça me détend.

Là où moi je vais avoir du mal à m’enthousiasmer et à sauter de joie, elle le fera pour moi. L’extraverti célèbre vos réussites : il exprime sa fierté et son admiration à chacune de vos victoires.

Par exemple, quand j’ai terminé à écrire mon livre, je me souviens que mon amie s’exclamait : « C’est génial !  Tu ne te rends pas compte de ce que tu as fait, tout le monde ne peut pas écrire un livre ! » «  C’est vraiment énorme ! ». De mon côté, mon niveau de joie et d’enthousiasme ressemblait plus au bip régulier d’un monitoring. Le fait qu’elle soit aussi réjouie pour moi m’aide ainsi vraiment à prendre conscience et à apprécier cette réussite. Je baisse mon niveau d’auto-exigence.

L’ami extraverti met des paillettes et de la folie pour pimenter et faire pétiller notre quotidien. Comme je suis beaucoup plus cérébrale et intellectuelle, ça me fait du bien de parler de temps en temps de sujets plus légers. Mon cerveau se met en mode pause quelques instants et j’apprécie ce moment.

 

3/ De la motivation et de l’action

En tant qu’introvertie, j’ai tendance à trop réfléchir, trop penser et finalement je n’avance pas. J’ai un peu peur du changement et je ne vois souvent que les risques que je prends plutôt que de voir ce que je peux trouver comme bénéfices.

Par exemple, j’ai passé plus d’un an à me plaindre que je n’aimais pas mon boulot, que je voudrais le quitter et trouver autre chose sans jamais me mettre en action.

Dans ce genre de moments, ton ami extraverti est là pour te motiver à agir. Je me souviens que mon amie m’a beaucoup aidé à relativiser l’éventualité que je me plante dans mes choix. Comme elle disait : « Et alors si tu te plantes, tu feras autre chose ».

Elle voit mes talents, mes capacités et elle n’hésite pas à me les rappeler pour me pousser à l’action et me challenger. Ces petites choses semblent peut-être anodines, mais mises bout à bout et faites de manières régulières, elles auront réussi à modifier ma peur du changement et à être davantage dans l’action.

 

4/ Un peu de tranquillité et d’écoute

Pour l’extraverti, les bénéfices d’avoir un ami introverti sont tout aussi nombreux. En tant qu’extraverti, il est connu comme quelqu’un qui est toujours très dynamique, qui parle tout le temps, qui est très expressif et enjoué, qui amuse la galerie et qui n’a jamais un coup de mou. Ce n’est pas toujours évident pour lui d’endosser ce rôle.

Il y a des moments où il aura envie de plus de tranquillité et de solitude. Mais pas facile pour lui de lâcher-prise, il a quand même sa réputation à tenir ! Avoir un ami introverti lui permet de laisser de côté sa casquette habituelle. Son ami n’attendra pas de lui qu’il lui fasse le show. L’extraverti s’autorisera alors à se montrer sous un autre jour. Le tempérament discret et calme de son ami introverti lui fera du bien.

 

5/ De la réflexion et des discussions profondes

Avoir un ami introverti c’est le moyen d’échanger sur des sujets de conversations plus profonds. L’extraverti appréciera ces apartés dans lesquels lui et son ami introverti referont le monde en regardant le coucher du soleil ou en partageant une petite pause gourmande un dimanche après-midi.

L’extraverti sait aussi qu’il peut compter sur son ami. Avec lui, il peut tout dire. Il l’écoutera avec plaisir et patience. Son avis aura également une grande valeur à ses yeux.

 

6/ Plus d’analyse et de canalisation 

Une personne extravertie est dans l’action. Elle agit bien souvent à chaud et n’a pas peur de prendre des risques. L’adrénaline que lui procure la prise de risques fait qu’elle ne prend pas le temps de la réflexion. C’est dans ce moment-là qu’un extraverti est bien content d’avoir un ami introverti !

Mon amie me dit souvent que je la canalise. Elle qui a constamment besoin d’avoir quelque chose à faire, elle veut être partout et veut faire toutes les activités possibles. Si bien qu’elle ne fait finalement que survoler les choses.

Par exemple : son travail lui prend énormément de son temps et de son énergie. A côté, elle est attirée par tout à un tas d’activités : la politique, le théâtre, le sport et bien d’autres. Faire des choix, c’est compliqué. Elle aimerait tout faire. Quand elle me fait part de ses envies, je lui rappelle que si elle s’engage à faire trop de choses, elle finira par ne rien vraiment faire. Je lui suggère alors de faire des choix. Et elle réussit à en faire.

La prudence d’un ami introverti permet à l’extraverti de se poser des limites et de prendre conscience de l’importance de réfléchir avant d’agir.

En bref

C’est justement la différence entre le tempérament introverti et le tempérament extraverti qui fait que l’amitié entre ces deux opposés est l’une des plus belles. Nous nous apportons des choses l’un et l’autre.

Pour finir sur un «  C’est quoi la question ? « : Quel est le prénom de la personne à qui vous avez pensé en lisant cet article ? Si vous devez résumer votre amitié introverti-extraverti en un seul mot, lequel ce serait ? J’ai hâte de lire vos réponses en commentaires !

 

Passionnée par le développement personnel, la psychologie introvertie, l’entrepreneuriat et le monde du travail, j’accompagne les jeunes actifs débutants désireux de se reconvertir et les profils introvertis à découvrir les facettes de leur personnalité et leurs modes de fonctionnement pour être plus épanouis. Je mets également en avant mon goût pour l’écriture en proposant des articles destinés à inspirer et à aider mes deux audiences.

ET SI ON ARRETAIT DE FAIRE SEMBLANT D’ETRE UN EXTRAVERTI EN SOIREE ?

ET SI ON ARRETAIT DE FAIRE SEMBLANT D’ETRE UN EXTRAVERTI EN SOIREE ?

Temps de lecture : 7 minutes

Facebook
Google+
https://www.soniavalente.com/category/famille-amis-et-amour">
Twitter
LinkedIn

Quand on est introverti et qu’on rencontre des inconnus à une soirée, on a tendance à mentir à propos de qui l’on est. Nous ne mentons pas par plaisir. Non, nous nous sentons contraints de devoir mentir sur notre personnalité, sur nos passe-temps pour paraître normale. Pour paraître extraverti et pour se faire des amis.

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai menti. Quand j’étais invitée à une soirée et que je faisais connaissance avec des inconnus, je disais systématiquement que « moi aussi j’adore sortir tous les week-ends en boite », « moi aussi j’ai tout plein d’activités après les cours et le week-end ».

Je passais un bon moment, mais au bout de quelques heures, j’avais eu mon lot d’interactions sociales. Je regardais alors ma montre et je me disais « tu ne vas pas partir maintenant, il est à peine 23h. Fais un effort, reste encore une heure ou deux ». Je restais parce que je voulais me faire de nouveaux potes et pourquoi pas aussi rencontrer quelqu’un. Même comme ça, j’étais toujours dans les premiers à partir. D’ailleurs, je me souviens que quand je n’avais pas le permis de conduire, je demandais à mes parents de venir me chercher plus tôt. Pas toujours, mais souvent.

 

Soirée d’ados vs soirée d’adultes

Une fois adulte, c’est plus facile d’être soi-même. On choisit l’environnement dans lequel on vit, on choisit nos amis, nos activités. Mais quand on est adolescent, ce n’est pas aussi simple. On doit passer par la case collège et lycée. Et c’est précisément pendant la période de l’adolescence que nous faisons nos premières soirées. J’aurais aimé savoir ce que voulait dire être introverti quand j’étais adolescente.

Ça m’aurait permis de comprendre qu’il n’y avait rien d’anormal à vouloir rentrer plus tôt que les autres. J’aurais voulu dire à la jeune adolescente que j’étais, que c’était simplement parce qu’elle n’avait plus d’énergie et qu’il fallait qu’elle se retrouve seule pour recharger ses batteries. Qu’elle pouvait s’aimer telle qu’elle était, qu’elle avait des forces et des talents et qu’elle n’avait pas besoin de faire comme tout le monde pour que des inconnus s’intéressent à elle.

Aujourd’hui que je sais tout ça, je suis alignée avec qui je suis. Je n’ai plus honte et j’assume ma vraie personnalité en soirée. Evidemment, j’arrive beaucoup plus facilement à m’adapter et à sociabiliser. Mais mon tempérament introverti et discret revient toujours en surface. A quels moments ? Quand les conversations m’ennuient, quand je pense que j’aimerais déjà être chez moi sous mon plaid devant un bon bouquin.

J’ai remarqué aussi une chose. En me montrant sous mon vrai jour, je fatigue moins vite.  Et crois-moi, ça fait du bien !

Alors, comment faire pour arrêter de faire semblant d’être un extraverti ? Voici une petite liste de conseils que j’ai recensés et mis en pratique.

 

Conseil #1 Assumer le fait que tu aimes passer du temps seul(e)

 

Tu entames une conversation avec un inconnu qui te dit qu’il est toujours en mouvement. Quand il n’est pas au basket, il sort en ville faire la fête avec ses potes et il ne se pose que quand il est épuisé et pour assouvir son besoin de sommeil. Là, arrive le moment où il te demande comment toi tu occupes tes journées quand tu ne bosses pas.

Au lieu de lui répondre sur un ton surjoué « génial ! Moi aussi je suis toujours en mouvement, c’est top, j’adore sortir ! », dis-lui plutôt que tu aimes sortir de temps en temps, mais que tu aimes aussi beaucoup passer du temps seul(e) pour lire, jouer d’un instrument de musique, dessiner ou regarder un film.

C’est important que tu précises l’activité que tu fais quand tu es seul(e). Ne t’arrête pas à un simple « moi, je préfère rester tranquille chez moi ». Si tu expliques ce qui te plait dans le fait d’être seul(e) et ce que tu aimes faire, tu vas susciter de l’intérêt pour ton interlocuteur. Ainsi, si tu joues de la guitare, il va sûrement rebondir sur cette info en te posant des questions comme « depuis quand tu joues ? ». Et en plus avec son tempérament extraverti, il va être très expressif dans sa communication. Il va ainsi exprimer son admiration. L’intonation de sa voix va être chantante et il faut quand même avouer que c’est super plaisant d’avoir en face de toi quelqu’un qui sait exprimer ses émotions comme ça !

 

Conseil #2 Prend un ton affirmé quand tu parles

 

Sois fier/fière de ce que tu es. Si tu aimes passer ton temps à lire, n’aie pas honte de le dire. Même si je sais que ce n’est pas facile quand on est timide et que l’on est assez mal à l’aise dans un lieu et avec des personnes que l’on ne connait pas, il faut s’entraîner à parler avec conviction. Je précise que tu n’as pas besoin de parler fort. Sois toi-même, la voix posée, mais avec un peu plus de conviction quand tu parles.

Essaie donc de ne pas avoir la voix qui déraille, le regard vers le bas ou les mains croisées derrière le dos comme si tu t’excusais d’être qui tu es. Au contraire, regarde ton interlocuteur droit dans les yeux, prends une posture droite et décontractée, détends tes bras.

 

Conseil #3 Repère un petit groupe de 2 ou 3 personnes avec qui tu seras à l’aise

 

Si tu te trouves dans une soirée où il y a une dizaine d’invités dont une majorité que tu ne connais pas, ça ne va pas être simple de te sentir à ta place et à l’aise. Quand je me retrouve dans cette situation, je me sens mal dans mon corps. Je ne sais pas où me mettre, je panique un peu et je cherche un petit coin pour m’écarter de la foule et me faire toute petite. C’est une solution de secours, mais ce n’est pas la meilleure.

Après tout, je suis quand même quelqu’un qui aime les gens. Je suis sociable et j’aime faire des rencontres. Alors, au lieu de rester toute seule dans mon coin, je repère un petit groupe de 2 ou 3 personnes qui me parait cool et je rejoins la discussion.

Il faut que tu partes du principe que dans la grande majorité des cas, tout le monde aime les gens ! Et ce qui vous réunit tous à cette soirée, c’est bien le fait que vous avez envie d’interagir les uns les autres et faire des connaissances. Oui, même toi, introverti ! Aussi, garde à l’esprit qu’il y a de grandes chances pour que tu rencontres une personne qui te ressemble et avec qui tu as des centres d’intérêt commun.

Conseil#4 si tu as envie de rentrer, ne te force pas à rester

 

Tu as fait de nouvelles rencontres, tu as passé une bonne soirée, mais tu sens que tu fatigues et tu as vraiment envie de rentrer. Alors, il faut t’écouter et rentrer. Il ne sert à rien de te forcer à rester plus longtemps si tu n’en as pas envie. Tu risques de gâcher le bon moment que tu auras passé et la soirée ne va plus être agréable pour toi. Tu peux même ne retenir que cette partie désagréable et alors préférer rester chez toi la prochaine fois.

Au moment où tu vas dire au revoir, tu vas avoir une réflexion du genre « tu pars déjà ? ». Avant, je n’assumais pas et j’inventais parfois une excuse : un repas de famille, un rendez-vous. Maintenant, j’ai compris que je n’ai pas à me justifier. Si j’ai envie de partir, c’est ma décision et je n’ai de compte à rendre à personne. Et finalement, le fait de ne donner aucune excuse n’a rien changé. Je ne suis pas mise sur le banc de touche et je suis toujours invitée aux soirées ! Alors, n’oublie pas que toi non plus tu n’as de compte à rendre à personne.

En bref

Sois fier/fière d’être comme tu es, d’être discret(e). C’est en commençant par t’aimer à ta juste valeur que tu verras que les autres t’apprécient aussi pour ce que tu es.

Pour conclure cet article sur une note plus légère, je termine par un  » C’est quoi la question ? «  : raconte-moi en commentaire le bobard fétiche que tu donnes à la question « tu pars déjà ? »

 

 

Passionnée par le développement personnel, la psychologie introvertie, l’entrepreneuriat et le monde du travail, j’accompagne les jeunes actifs débutants désireux de se reconvertir et les profils introvertis à découvrir les facettes de leur personnalité et leurs modes de fonctionnement pour être plus épanouis. Je mets également en avant mon goût pour l’écriture en proposant des articles destinés à inspirer et à aider mes deux audiences.